LES ALPES de la SAVOIE

vue par les militaires

 

            Voici le livret remis aux militaires du 99° Régiment d'Infanterie Alpine lors de Marches et Manœuvres Alpines du 10 juillet au 23 août 1929. Je me dois de remercier Michel BARBISSOU mbarbiss@club-internet.fr du coté de Bordeaux pour cet envoi.  J'ai reproduis en fac-similé la photocopie de la couverture. Il s'agit d'un document de format A6 (5,5X14,85). J'ai séparé les pages sont séparées d'un trait horizontal et dans la mesure du possible j'ai conservé la mise en page. Je doute fort que les soldats concernés aient vraiment eu le loisir d'admirer les paysages. Nous noterons que les informations données sont exclusivement à usage militaire. Nous apprécierons les pages concernant l'hygiène et les premiers soins à "un blessé".


 


 

BATAILLES
INSCRITES AU DRAPEAU

1. -

Marengo

1800
2. - Wagram 1809
3. - La Moskowa 1812
4. - Aculcingo 1862
5. - Champagne 1915
6. - Verdun 1916
7. - La Malmaison 1917
8. - Le Kemmel 1918

 


-- 1 --

NOM:...........Beaumont..................................................

PRÉNOMS:........Paul........................................MLE: 3887

3ème BTN   ...3ème....CIE   CM......SECTION


NOM DU CHEF DE BTN : ............Delafosse.......................................

NOM DU CDT DE CIE : .............Lemaitre..........................................

NOM DU CHEF DE SECTION : ............. Lnt Muguet.......................

NOM DU CHEF DE GROUPE : ........... Snt Merle...............................

 


-- 2 --

Ce petit opuscule a un double but:
   1°/  D'abord vous laisser un souvenir palpable de
votre service militaire. Plus tard, bien plus tard,
vous aimerez peut-être à le rouvrir, parce qu'il vous
rappellera votre jeunesse.
   2°/  Vous donner ensuite quelques renseignements
sur la région des Alpes que nous allons parcourir
pendant ces manœuvres.

  


-- 3 --

COURTE HISTOIRE DE LA SAVOIE



   Le mot " SAVOIE " vient probablement de deux mots celtiques " Sap " et " Wald " qui veulent dire
forêt de sapins.

   A l'âge où l'homme ne savait travailler que la pierre, les habitants de la Savoie étaient les Medrelles, et les Graoïoceles en Maurienne, les Centrons en Tarentaise.

   A l'époque romaine, deux voies traversaient la Savoie:
   1°/ de Milan à Vienne par la Tarentaise (vallée de l'Isère) et le Col du Petit St-Bernard.
   2°/ de Suze au lac Savine par le col Clapier, pour descendre ensuite en Maurienne (vallée de l'Arc) par Bramans.

PÉPIN LE BREF, CHARLEMAGNE et avant eux ANNIBAL, ont suivi cette dernière route.

   Le christianisme apparaît en Savoie dès l'an 180
et s'y développe rapidement. du IV° au VI° siècle, Grenoble, Moutiers et Saint-Jean de Maurienne de-
viennent des Évêchés.


-- 4 --


    A l'époque des grandes invasions, la Savoie est occupée par les Burgondes, puis par les Francs en
536; c'est la première réunion de la Savoie à la France qui dure trois siècles et demi.

    Au démembrement de l'empire de Charlemagne, la Savoie est réunie d'abord au royaume de Bour-   gogne, puis forma un comté indépendant sous la Suzeraineté de l'empire Germanique "Humbert aux mains Blanches", est le premier comte de Savoie, ancêtre des rois d'Italie. Le comté de Savoie dure quatre siècles, puis est transformé en duché au début  du XV° siècle. Les possessions des ducs de Savoie s'étendaient de part et d'autre des Alpes.

     Les troupes françaises occupèrent plusieurs fois la Savoie, en particulier sous François 1er, Henri IV, Louis XIII  et  Louis XIV,  lors des guerres que ces rois soutinrent contre les Espagnols et la Maison d'Autriche. C'est François 1er qui établit l'emploi du Français dans les actes publics. Cet emploi a été maintenu par le duc de Savoie, lorsqu'il reprit posses- sion de ses états.


-- 5 --


    En 1720, les ducs de Savoie devinrent rois de Sardaigne.     En 1790, la Savoie fut réunie à la France pour la seconde fois et ne forma qu'un seul département : le Mont-Blanc.     Après la bataille  de Waterloo,  le Congrès de Vienne (1815), rend la Savoie au roi de Sardaigne. Celui-ci, au début du  XVIII° siècle,  tenta vainement de chasser les Autrichiens de l'Italie du Nord et de créer le royaume d'Italie. En 1859,  Napoléon III vient à son aide, battit les Autrichiens à Magenta et à Sol- férino; en  1860,  le roi de  Sardaigne  cédait la Savoie à la France, en reconnaissance de l'aide apportée. Cette cession fut confirmée par un plébiscite:
              130.533 oui et 235 non.
Auparavant, en 1826, avait eu lieu l'ouverture du chemin de fer d'Aix-les-Bains à St-Jean de Maurienne et en 1857, l'inauguration du tunnel du Fréjus.

-- 6 --

APERÇU GÉOGRAPHIQUE



      On appelle Maurienne, la vallée de l'Arc, torrent qui prend sa source près de la frontière Italienne au Nord de Bonneval, et se jette dans l'Isère, près de St-Pierre d'Albigny. Vallée très encaissée, en arc de cercle, dominée au Nord par le  massif de la  Vanoise et ses glaciers, au Sud par le massif plus modeste du Thabor, à l'Est par la ligne de crêtes frontière, et à l'Ouest par le massif de Belledonne.

     Le massif de la Vanoise est remarquable par l'éten- due et la magnificence de ses champs de glace: massif de Chasseforêt, Dent Parrachée et massif de la Grande Casse, dans lequel se trouve la cime culmi- nante de la Vanoise (3861 m.). Ce massif n'est pas infranchissable : on peut passer de Maurienne en Tarentaise  par les cols des Encombres, de Chavière, de la Vanoise (voir plus loin).

      Les ressources de la Maurienne sont surtout l'élevage et l'utilisation par l'industrie de la force produite par les chutes d'eau.

      Les foins de Maurienne sont recherchés dans le midi; les paturages sont excellents et dans l'été, les


-- 7 --


troupeaux  de vaches et  de moutons du Midi viennent y chercher une nourriture et un climat dont ils se trouvent très bien.

      La vigne pousse  jusqu'aux  environs de 1.000 m ; le seigle se récolte jusqu'à 1.700 m.

      La " Houille blanche " y est connue depuis logntemps. Actuellement elle actionne des usines de produits chimiques, de transformation de minerais de fer, de pâte de bois, etc. .

 

 


-- 8 --

QUELQUES ITINÉRAIRES


LYON-MODANE (par voie ferrée)
-----------
IMPRESSIONS
---o---


  

 

 

 


-- 9 --

ENVIRONS DE MODANE


 

    MODANE est un chef-lieu de canton de 4.000 hab.
 environ, à 1.100 m. d'altitude. Très important de par sa situation sur  l'Arc, sur  la  route de Suze par le col du  Mont-Cenis  et  à  une  extrémité  du  tunnel  du Fréjus. Gare internationale.

    La garnison Italienne face à Modane est Bardon- nêche.  Trois cols permettent la  traversée de la frontière : col du Fréjus, col de la Roue, col de la Vallée Étroite.

    1/ Col du Fréjus (2251), par la route stratégique jusqu'au Charmaix. Chapelle de N-D du Charmaix célèbre dans toute la Maurienne. Pèlerinage le 8 Sep- tembre, une petite source jaillit dans l'intérieur de l'oratoire. A un kilomètre de cette chapelle un chemin muletier conduit aux baraquements et au col par les granges et le col d'Arrondaz.


-- 10 --

IMPRESSIONS
--o--


  

 

 

 


-- 11 --

      2/ Col de la Roue (2.564 m.)

      Après le Charmaix on continue la route stratégique jusqu'au Lavoir, en remontant la Combe de la Mon- tagne. Après le Lavoir, le sentier remonte en partie la Combe de la Roue.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 12 --

      3/  Le col de "la Vallée Étroite" fait communi- quer Modane indirectement avec Bardonnèche, par la Combe de Gran Valle Stretta.

      De Villarodin, village à 3 kil. au Nord-Est de Modane, part un sentier qui permet de gagner Bar- donnèche par le Col de Pelouse (2802). Le sentier suit en France le ruisseau Ste-Anne et en Italie le torrent de Rochemolle.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 13 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 14 --

ENVIRONS DE BRAMANS
=============

      De Bramans on peut se porter soit sur la partie Nord-Est du saillant de Bardonnèche, soit directement dans la vallée de la Doire Ripaire, soit sur la face Sud-Est du plateau du Mont-Cenis.

      1/ Vers Bardonnèche, par le col d'Étache (2.814).
      Deux itinéraires permettent de gagner ce col :
      a) Par le Planais et le vallon d'Étache.
      b) Par Bramanette et le col de Bramanette. Cet itinéraire rejoint le premier à quelques distance du col, près des Granges de la Combe d'Étache.
      En Italie le sentier rejoint le torrent de Rochemolle.

 

 

 


-- 15 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 16 --

      2/ Vers Suze, par le col de Clapier (2.491)
      Du Planais le sentier remonte jusqu'au confluent du vallon d'Ambin et du vallon de Savine, suit ce dernier jusqu'au  col et descend le torrent " la Clairée " afflu- ent de la Doire Ripaire.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 17 --

    3/ Vers le plateau du Mont-Cenis
    Dans cette région la frontière française est divisée en deux compartiments de terrain, séparés par les rochers de la pointe de Bellecombe.

    Au sud-est, col de Pt Mont-Cenis et des lacs Giasset; les sentiers qui y conduisent s'embranchent sur celui du col Clapier : au Planais pour le Pt Mont- Cenis, un peu à l'est des Granges de Savine pour les lacs Giasset. On peut du reste aller d'un col à l'autre en longeant la frontière.

    Au nord-ouest de la pointe de Bellecombe : cols de Bellecombe, de la Rella et de Sollières. A la Vilette (ouest du Planais) on quitte la route pour remonter vers le nord en longeant la crête calcaire " Général Sarret". Le sentier bifurque : au sud-est direction du col de Bellecombe, vers le nord-est le col de la Rella, vers le nord direction du Mont-Froid et des chalets de Vers-les-Près.

    Du col de la Rella en suivant la frontière on arrive facilement  au col de Sollière au pied du Mont-Froid et à l'est.

    Au col de Sollière on trouve une route descendant à Thermignon. Un embranchement passant à Vers-les- Près et au Jeu permet de redescendre sur Bramans ou le Vernet.


-- 18 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 19 --

ENVIRONS DE THERMIGNON
ET DE LANSLEBOURG

=============

      Un seul passage important : le col du Mont-Cenis qu'emprunte la route de Turin, par Novalese et Suze.
      Termignon à un coude de l'Arc est le point de départ d'un sentier qui permet de passer en Tarentaise par Pralognan, et d'une route qui, par la forêt d'Arc, permet de rejoindre le col de Sollière ou notre poste de la Turra. Ce poste situé sur un éperon orienté sud-nord, la Petite Turra, domine le col du Mont- Cenis à l'ouest et le profond ravin de la Madeleine à l'est.

      Lanslebourg à l'embranchement de la route inter- nationale et de  celle de  Bonneval  par  Lanslevillard et Bessans, au pied de l'Aiguille de Tierce (2.953) Bonneval (1.835 m.), entouré de hautes montagnes : pointe d'Audagne au sud (3.214 m.), massif de Meau- Martin à l'ouest (3.226 m.), l'Ouille de Trièves au nord-est (3.028 m.)

      De Bonneval on peut rejoindre la haute vallée de l'Isère par le col de l'Iseran.


-- 20 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 21 --

ENVIRONS DE SAINT-MICHEL
=============

      ST-MICHEL : Chef-lieu de canton de 2.600 hab. environ; point de départ du tronçon de route, dite "route des Alpes" reliant la route du Mont-Cenis (Modande), à celle du Mont-Genêvre (Briançon), par Valloire et la vallée de la Valloirette, le col du Galibier (voir plus loin).

      VALLOIRE au confluent de la Valloirette (affluent de l'Arc) et de la Combe de Plagnette. Un sentier permet de gagner  Briançon par  cette Combe, le col de l'Aiguille Noire ou le col des Rochilles, et la vallée de la Clairée (voir plus loin).

      Mont-Thabor (3.165 m.)
      Sur la frontière Italienne. On peut y monter soit de Modane, par le Lavoir, la Levette et la Combe des Roches; soit de Saint-Michel par Valmeinier et le ruisseau de Neuvache (à 2.190 m. chapelle de N.-D. des Neiges).


-- 22 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 23 --

LIAISON MAURIENNE-TARENTAISE
=============

      1/ De Modane à Pralognan
      a) Par le col de Chavières (8h. 30 environ)
      Le sentier suit le torrent de Polset, laisse à l'Ouest le lac de la Partie. Le col de Chavière (2.806 m.), est une échancrure  étroite dominée à  l'Est par  la pointe de l'Échelle; à l'Ouest par le Dôme de Polset (3.430 m.), entre le Glacier de la Masse et le Glacier de Chavière.  La descente s'effectue en suivant la vallée du Doron de Pralognan, après un passage assez escarpé sur un névé.

      PRALOGNAN  :  village de 400 habitants (1.424 m.); cadre grandiose dans un vaste bassin de prairies, dominé par les Glaciers de la Vanoise.


-- 24 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 25 --

      b) Par le col de la Vanoise, 8h. 30 environ de Thermignon à Pralognan.

      On suit la grande route jusqu'à 500 mètres environ du N.-E. de Thermignon,  à ce point un sentier monte au nord à travers  forêt, jusqu'à  l'oratoire St-Antoine. A 2 kilomètres de là, il suit un plateau herbeux (Plan du Lac, Fontaine Froide).

      Le sentier franchit, le torrent du Rocheure, puis la Leisse (Pont de la Croix-Vie) et monte par la pente du Clapier-Blanc, jusqu'au plateau du col de la Vanoise. Deux croix rappelle la mort d'un officier et d'un sous-officier, au cours d'une ascencion à la Grande- Casse (1892), Lac Rond.

     Col de la Vanoise (2.527 m.), entre le glacier de la Grande-Casse et les glaciers de la Vanoise. Refuge Félix-Faure (commémoration du passage du président de la République au col, manœuvres alpines du 8 août 1897).

     Après le col, lac Long, lac des Vaches, et le sentier rejoint le ruisseau de la Glière, affluent du Doron de Pralognan.


-- 26 --

      IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 27 --

Liaison MAURIENNE-BRIANÇONNAIS
===========

      La route a son point de départ à Saint-Michel de Maurienne et s'élève par de nombreux lacets jusqu'à   la crête qui porte le Fort du Télégraphe. Elle franchit cette crête par un tunnel sous le col des Trois-Cha- pelles. La route passe dans la vallée de Valloirette, affluent de l'Arc qu'elle va remonter jusqu'à Plan Lacha et que domine le Massif des Aiguilles d'Arves et de l'Aiguille de l'Épaisseur. Après Plan Lacha une série de  lacets à  pente très raide,  entre la Roche Olvera et la roche du Grand-Galibier, conduit aux Granges du Galibier et au col. Un tunnel construit sur le col a permis d'abaisser la route d'une centaine de mètres environ. Au col même, on voit encore la borne fron- tière entre la France (Dauphiné) et la Savoie. Une Table d'orientation permet de situer le panorama important que l'on a sous les yeux.

      La route, en descendant, suit la vallée de la Gui- sanne, affluent de la Durance, laisse à l'ouest le col du Lautaret qui permettrait de rejoindre Grenoble passe au Monestiers-les-Bains et arrive à Briançon.


-- 28 --

     Monestiers-les Bains :  Petite station thermale. centre de promenade et d'excursions. Ancienne sta- tion sur la voie romaine de Briançon à Vienne par l'Oisans, doit son nom à un ancien couvent de béné- dictins.

      Briançon (1.326 m.) ancienne Brigantium romaine fut incendiée en 1629 par les Savoyards. De 1693 à 1722,  Vauban la  fortifia et en 1815  la ville résista trois mois, sans garnison, aux efforts des Alliés.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 29 --

                   b) Passages secondaires
      A l'est de cet axe principal deux voies secondaires: l'une  partant  de  Plan Lacha  et  l'autre  de Valloire, par le:

1)    Col de la Ponsonnière
      Cette route est une doublure de la route du Gali- bier qu'elle quitte à Plan Lacha et rejoint à La Lauzet (Guisanne). Le sentier remonte le vallon de la Pon- sonnière, passe au col et redescend en Dauphiné par le torrent du Rif.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 30 --

2)    Par le col de l'Aiguille Noire.
      De Valoire le sentier remonte la courbe de la Plagnette, passe au col et descend par la vallée de la Clairée, jusqu'à Briançon, en passant Plampinad et Nevache.

      La vallée de la Clairée est importante, parce qu'elle aura une voie de communication facile, le long de la frontière, entre le Mont Thabor et le col du Mont Genèvre.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 31 --

 3)    Liaison Valloirette-Clairée par le col de
            Rochilles.

      Au hameau des Mottes, sur le sentier du col de la Ponsonnière,  on prend un bon sentier qui remonte sur le Nord-Est, franchit le col de la Paré (entre la Roche de la Grande-Parré et le Massif des Cerces), arrive au cirque de Rochilles (camp militaire), site grandiose avec les lacs Ronds et du Grand-Ban.

      En franchissant le col de Rochilles, entre l'Aiguille Noire et la cîme des Branchets on rejoint la vallée de la Clairée.

IMPRESSIONS
--o--
  

 

 

 


-- 32 --

HYGIÈNE EN MONTAGNE
===========

      I   - Au cantonnement.
      Dès l'arrivée : se changer, pour sècher ses vête- ments, s'il y a lieu, mettre son chandail.
      Toujours changer de chaussettes et de souliers.
      Nettoyer soigneusement ses brodequins, les graisser en les massant vigoureusement; s'ils sont mouillés, secouer à l'intérieur un peu de cendre chaude : ne  jamais les mettre près du feu.
      Se laver les pieds avec un linge humecté d'eau fraîche, les graisser.
      Percer  les ampoules  avec une  aiguille flambée  et un fil gras. Laisser le fil dans l'ampoule.
      N'utiliser  que  les feuillées  indiquées  (pour éviter les épidémies)
      Ne boire  que de  l'eau reconnue potable (sources ou puits, indiqués à l'arrivée).
      La nuit, se déshabiller le plus possible; garder sa ceinture de flanelle (pour éviter les refroidissements, coliques, ...).
    Conserver de quoi se couvrir plus (capote ou couvre- pieds) pendant les dernières heures de la nuit toujours très fraîches.
      Dans  les  fenils  :  se  méfier  des trous;  s'il y a du foin frais, bien aérer ou le recouvrir de paille si possible.


-- 33 --

      II  -- En marche
      Ne marcher qu'avec des chausettes de laine ou deux paires de chausettes de coton.
      Ne pas boire d'eau glacée, ou d'eau des torrents.
      Emporter sa provision de bois, son eau dans son bidon et la renouveler aux endroits prescrits.
      A la grand'halte; mettre son jersey.
      Observer scrupuleusement la discipline de marche.
      Sur la route: allure très régulière, garder sa place, ne pas accélérer aux descentes, ni trop ralentir aux montées ( fatigue  pour  la  gauche  de  la  colonne) ; dans les sentiers: garder sa distance, indiquer aux suivants les obstacles aux passages un peu difficiles; éviter de faire rouler des pierres.
                     ne jamais en lancer,
si une  pierre se  met à  rouler, crier : " attention ... pierre !", chercher à la bloquer avec le pied.


-- 34 --

     PREMIERS  SOINS  A  DONNER
                       A  UN  CAMARADE  MALADE
                            ===========

      Les indispositions les plus fréquentes en été en montagne sont :
      Mal de montagne :  rare au-dessous de 3.000 m. pour des hommes entraînés. Il se reconnaît à des bour- donnements d'oreilles, vertiges, difficultés de respi- ration. Le visage devient âle, ou au contraire violacé.
      Coucher le malade à l'ombre, à l'abri du vent, desserrer ses vêtements : faire prévenir son chef de section.
      Coup de chaleur : peut se produire dans les endroits encaissés lorsque le temps est lourd et humide.
      Il détermine des troubles d'idées, vertiges, parfois syncope. L'homme peut tomber d'un seul coup. Éten- dre le malade à l'ombre, à plat s'il est pâle, la tête relevée avec le sac, s'il est congestionné; le désabiller, l'asperger  avec de l'eau  fraîche, l'éventer, le flageller au niveau du coeur avec un mouchoir mouillé. Appeler son chef de section.


-- 35 --

     RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS

ADRESSES
===========

      Pendant le séjour du régiment dans les Alpes, le courrier de Lyon sera expédié dans les conditions suivantes:

PREMIER BATAILLON
11 au 21 juillet sur le bureau de postes de Valloire
22 juillet St-Michel de Maurienne
23 au 28 juillet Modane
29 juillet au 8 août Lanslebourg
9 août Bramans le Vernay
10 au 12 août Modane
13 août St-Michel de Maurienne
--------------- --------------------------- --------------------------
22 août Modane

DEUXIÈME BATAILLON

10 au 15 juillet sur le bureau de postes de Modane
16 au 18 juillet Bramans
19 au 21 juillet Thermignon
22 juillet Bramans
23 au 30 juillet Modane
31 juillet au 8 août Thermignon
9 au 11 août  Bramans
12 août Modane
13 août St-Michel de Maurienne
--------------- --------------------------- --------------------------
22 au 23 août Modane

-- 36 --

TROISIÈME BATAILLON
10 juillet sur le bureau de postes de Modane
11 au 14 juillet Bramans
15 au 16 juillet Thermignon
17 juillet Bramans
18 juillet au 1er août Modane
2 au 8 août Bramans
9 au 10 août Villarodin Le Bourget
11 août Orelle
12 août St-Michel de Maurienne
--------------- --------------------------- --------------------------
22 et 23 août Modane

E.-M. ET COMPAGNIE D'ENGINS

25 juillet au 1er août sur le bureau de postes de Modane
2 au 8 août Thermignon
9 août Avrieux
10 au 12 août Modane
13 août St-Michel de Maurienne
--------------- --------------------------- --------------------------
22 et 23 août Modane

Les ANCIENS du 99° R.I.A.
---------------
Royal Deux Ponts 1757-1791
99° de ligne 1791-1794
99° demi-brigade de bataille
     (I° formation)
1794-1796
24° demi-brigade légère 1796-1803
24° régiment d'infanterie
      légère
1803-1814
24° régiment d'infanterie
      légère
1840-1855
99° régiment d'infanterie
     de ligne
1855-
____________
   "Jeune soldat, songe à ce que représentent de sang versé, de cou-
rage et d'abnégation ces quelques
lignes l'histoire de ton régiment.
Jure de rester digne de tes anciens."



Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2021

Lien vers le wiki de la licence