QUEFFEMME Claude François

     Né le 5 juin 1767 à Bourogne (Haut-Rhin),
          fils de Jean Pierre et de Marie Anne Collet.

     Entré au service du 2ème régiment d’artillerie à pied le 1er août 1792,
     caporal le 1er frimaire an 9 (22 novembre 1800)
     congédié le 1er nivôse an 11 (22 décembre 11802)
     Du 1er août 1792 au 31 mai 1801, il est aux armées du Rhin, d’Allemagne, d’Italie et en captivité.
          Il avait été fait prisonnier en l’an 7.

     Le 10 prairial an 13 (30 mai 1805), il est gendarme à pied à la compagnie du Haut-Rhin
     Il passe au 20ème escadron de l’armée d’Espagne le 1er janvier 1810
     est brigadier le 20 mars 1811
     reçoit un coup de sabre à la face le 14 septembre 1812, à Pampelune, quitte l’Espagne le 30 mai 1814.

     Il passe à la compagnie de la Charente-Inférieure le 5 mars 1815,
     est retraité avec le grade de maréchal-des-logis à compter du 18 juillet 1827 et perçoit une pension de 360 francs calculée sur 45 ans, 9 mois et 2 jours de services.

     D’après son dossier, il se retire à Bourogne.

     Peut-être est-ce lui qui avait déployé une activité révolutionnaire à Strasbourg avant Thermidor.
          Dans la Revue d’Alsace Karl BARTH lui aurait donc consacré une notice parmi celles des acteurs de la Révolution à Strasbourg mais le nom est écrit bizarrement: il commence par une «K».

     La famille Queffemme a fait l’objet d’échanges d’informations dans la Revue d’Alsace, de 1926 à 1931, la dernière note occupant les pages 779-781 de l’année 1931.



Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence