Les Propagandistes de Strasbourg sous la Terreur

     Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir l'article de M. Ernest BLIN (1) sur Augustin VINCENT, propagandiste avallonnais à Strasbourg à la fin 1793!
Je l'avais méconnu dans une communication (2) sur la Propagande. M. BLIN lui-même citait un troisième frère d'armes en la personne d'Henri SORET, petit-fils du propagandiste Henri VIENNE.
Mr SORET publia des Épisodes des trente premières années de la vie de Henri VIENNE, 1771-1894 dans les Mémoires de la Société bourguignonne de géographie et d'histoire, t. IX.
     Les propagandistes ayant été des jacobins instruits, délégués à Strasbourg par des sociétés populaires d'Alsace, de Lorraine, de Champagne et de Bourgogne, pour développer l'esprit public, on peut s'attendre à ce que plus d'un, à l'instar d'Henri VIENNE, ait eu, ait un descendant membre de société savante. Ceci dit, généralement leur trace se perd après 1794.

     Les recherches sur les propagandistes de Strasbourg ont donc de l'avenir. J'en veux pour preuve WULLIEZ et ROBINOT dont les biographes seront confrontés aux données suivantes:
          A)Joseph-François WULLIEZ, dit de Sarrebourg, n'était pas de Sarrebourg. Il y était arrivé peu avant d'être délégué à Strasbourg par la société populaire de Sarrebourg.
Il sera maire de Nancy en 1794. Il conviendra de le distinguer de Joseph-François VILLIEZ, conseiller municipal à Nancy à la même époque. Dans les Assemblées électorales dans le département de la Meurthe (3), WULLIEZ figure aux pages 201-2, 237, 375-6 alors qu'il s'agit de VILLIEZ aux pages 48, 81, 106, 196, 201-2, 227, 252, 374.
          B)ROBINOT, lui, est une pièce de choix. "ROBINOT-GARNIER" a fait parler de lui dans l'Est de la France pendant la Révolution Française mais il est difficile de l'identifier et de suivre ses actions et trajets.
               Toujours est-il qu'un ROBINOT fait partie des propagandistes qui s'adressent le 12 frimaire (2 décembre 1793) aux citoyens de Strasbourg et des départements du Rhin (4) pour clamer l'utilité de leur mission "régénératrice", leur volonté de la mener à terme.

     Il faudra faire un sort à cet Ant. Vincent ROBINOT (5) qui fit partie des cinq instituteurs acceptés par le corps municipal de Strasbourg d'après l'Avis aux citoyens du 10 floréal (29 avril 1794) figurant parmi les affiches regroupées dans le recueil factice Histoire de la Révolution à Strasbourg. Affiches diverses 1789-1808 coté Gr. f° Lk 7. 9580 à la Bibliothèque Nationale de Paris.
D'une part, il a pu s'agir du propagandiste ROBINOT ou ROBINOT-GARNIER et d'autre part, en tant que secrétaire de la société populaire - et de toute manière d'ailleurs -, peut-être aurait-il pu enseigner avant cette acceptation du corps municipal. Nul doute que nous n'ayons le choix entre un ou plusieurs ROBINOT ou ROBINOT-GARNIER puisqu'à la page 322 de son Histoire de Bar-le-Duc de 1954, Mgr Charles AIMOND signale un ROBINOT-GARNIER membre du Comité de surveillance de Bar-le-Duc en date du 31 octobre 1793. ROBINOT-GARNIER entre au Comité de Surveillance du département de la Meuse après le 17 novembre 1793 (pp. 324-325). Le même fait partie d'un Comité Révolutionnaire provisoire de Bar-le-Duc postérieur au 27 décembre 1793 (p. 330) et le 5 février 1794 (pp. 332-333), MALLARMÉ exclut ROBINOT-GARNIER - et J.-J. REGNAULT - du "Comité de Surveillance" [de la ville, du département?], pour excès de zèle. Mgr AIMOND s'étant plutôt préoccupé de la biographie des prêtres et en particulier de leurs déplacements - forcés ou non - à l'époque révolutionnaire, il faut poursuivre les recherches.

     Enfin la notice du député de la Meuse "GARNIER-ANTHOINE" dans le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque Nationale semble indiquer qu'il y eut un François Robinot-Garnier.

     Quels seront les prochains propagandistes étudiés? Il faudrait qu’une soixantaine de chercheurs, autant que de propagandistes, cumulent leurs efforts (6).


1) BLIN (Ernest).- Un "propagandiste" avallonnais à Strasbourg (An II), Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, 1938, pp. 175-196

2) BAUDRIER (Pierre).- La "francilisation" de l'Alsace par la Propagande en l'an II In Langages de la Révolution (1770-1815).
Actes du 4e Colloque international de lexicologie politique, Saint-Cloud, Hauts-de-Seine, 1991.
Équipe "XVIIIe et Révolution".- Paris : Klincksieck, 1995, pp. 41-52

3) publ. par Charles PFISTER ...- Nancy : Société d'Archéologie Lorraine ; Paris : Berger-Levrault, 1912

4) Livre bleu, I, Pièces à l'appui, pp. 36-38 ; 41-43 (Traditionnellement, "Livre bleu, I" désigne la 2ème édition du tome I.)
     C'est pourquoi, les textes n'ayant généralement pas la même pagination dans les 1ère et 2ème éditions, citons les paginations des deux éditions en faisant précéder celles de la 1ère édition de celles de la seconde.
          Il est moins traditionnel de préciser que "Livre bleu" est une expression consacrée désignant en fait le "Recueil de pièces authentiques..." [sur la Révolution à Strasbourg]) mais c'est à ce dernier titre qu'on le trouvera dans les fichiers des bibliothèques WALLON (Henri).- Les Représentants du peuple en mission et la justice révolutionnaire dans les départements en l'an II (1793-1794). Tome IV, p. 331, n. 3.
Dans la 1ère édition de Livre bleu, I, l'adresse était signée : LAVRAND, GIROUX, SCHULLER, de Chalon sur Saone, JARDET, DUBOIS, de Beaune. DELATRE, RICHARD, MEULLER, BAJOT, de Metz. NANTIL, de Pont-à-Mousson. CAYON, de Nancy. RADES, de Lunéville. VULLY, de Saarbourg. MENG, de Phalsbourg. ROBINOT, PAILLOT, de Bar-sur-Ornin... etc. Dans le Procès-verbal de l'Assemblée générale du 18 octobre 1793 (Procès-verbal de l'Assemblée générale des Autorités constituées, de la Société populaire et du Peuple de Strasbourg et des membres des Sociétés populaires des Départements voisins, réunis au Temple de la Raison, le 27 [sic] jour de l'an 2 de la République une et indivisible.- [Strasbourg,] De l'Imprimerie de Phil. Jacq. DANNBACH, Imprimeur de la Municipalité, s.d.- 8 p.)
Livre bleu, I, Pièces à l'appui de l'Appel de la Commune à la République et à la Convention Nationale, pp. 20-24 ; 24-28.
     Il faut dire que le tome I du Livre bleu est un recueil de textes à pagination multiple avec pages de titre intermédiaires et en l'espèce, les Pièces à l'appui ont leur pagination propre Les sociétés populaires de Strasbourg pendant les années 1790 à 1795. Extraits de leurs procès-verbaux publ. par F.C. Heitz,...- Strasbourg, impr. de F.-C. HEITZ, 1863, pp. 294-297, donc dans le Procès-verbal, ROBINOT figurait comme secrétaire de la société populaire de Strasbourg de même que le 4 novembre 1793 (HEITZ, p. 290). Mais était-ce le signataire de l'adresse du 2 décembre 1793? Toujours est-il que le 16 frimaire (6 décembre 1793), "ROBINOT-GARNIER" présidera la séance de la société populaire de Strasbourg en l'absence des président et vice-président. Cf. Livre bleu, I, Pièces à l'appui, pp. 174 ; 205 aux pages 304-305 du tome V d'Henri WALLON, Les Représentants du Peuple:
     "En Lorraine, le terroriste ROBINOT-GARNIER, mis en arrestation par DELACROIX, avait été défendu auprès du Comité de salut public par GARNIER (de la Meuse), son beau-frère. La Société populaire de Bar-sur-Ornain s'adressa, le 25 frimaire an III (15 décembre 1795), au Comité de sûreté générale et publia un acte d'accusation en trois colonnes, présentant:
               1° les griefs
               2° les réponses de GARNIER
               3° la réfutation des réponses
     le tout terminé par des observations nouvelles de GARNIER avec une réfutation plus accentuée encore (Bibl. nat., Lb40. 888)."


5) Finalement on retrouve Antoine-Vincent ROBINOT dans la Table générale et alphabétique des pensions à la charge de l’État,
inscrites au Trésor Royal à l’époque du I.er septembre 1817. Tome IX.- Paris, Impr. Royale, 1817.- 800 p.
          Il était né le 13 juin 1741 à Vagney (Vosges), il habitait en 1817 à Strasbourg, avait été ecclésiastique, plus précisément chantre.

6) En 2003, Dominique VARRY et Claude MULLER étaient visiblement prêts à faire la biographie du propagandiste DELATTRE      cf. VARRY (Dominique), MULLER (Claude).- Hommes de Dieu et Révolution en Alsace.- B 2300 Turnhout: Brepols, 2003, p. 166 .- ( Collection Hommes de Dieu et Révolution.)



Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence