L’EMPIRE

1804-6 avril 1814

 

1810

Nous sommes sous l’empire depuis 1804

Pendant la Révolution les églises furent fermées et les prêtres obligés de prêter serment à la Révolution. Ceux qui refusèrent furent appelés « prêtres réfractaires » et pourchassés. Ils furent emprisonnés et guillotinés avec les « aristocrates ». Ils se cachaient chez les paroissiens, disaient des messes, baptisaient, mariaient les gens en cachette. Nous avons vu à St-Prim, le maire répondre au sous-préfet qu’il « n’y avait pas de prêtre depuis 1793, que s’il y en a eu «occasionnellement, ils ont exercé leur culte dans des maisons particulières sans causer de discorde ni de troubles. »

 

Le dimanche 20 janvier 1810, Retour du prêtre

« Nous adjoint de la commune de St-Prim, canton de Roussillon, arrondissement de Vienne, faisant fonction de maire, en son absence, ; ensuite à la lettre, à nous adressée par Monsieur le sous-préfet en datte du 4 de ce mois ; nous nous sommes transportés, accompagné du corps municipal dans l’église paroissiale de la dite commune, le dimanche 28 janvier 1810 à l’heure de vespres pour y installer monsieur Henri Chomel, prêtre desservant la succursale de cette commune depuis le 1 novembre dernier, époque où il est entré en fonction.

Arrivés à l’église à l’heure sus-nommée, nous y avons trouvé le dit Monsieur Chomel qui a prêté le serment ainsi qu’il est ci-dessous énoncé :

Je jure et promets à Dieu sur les Saints-Évangiles, de garder obéissance et fidélité au gouvernement établi par la constitution de l’empire français ; je promets aussi de n’avoir aucune intelligence soit au-dedans, soit au dehors qui soit contraire à la tranquillité publique. Et si dans le diocèse où je suis, j’apprends qu’il se trame quelque chose au préjudice de l’état, je le ferai savoir au gouvernement. 

De suite, Monsieur de Nantes Dufournail, prêtre délégué de Monseigneur l’Évêque a procédé en notre continuelle assistance à l’installation canonique et prise de possession du presbytère de cette commune par le dit Chomel.

Toutes les cérémonies civiles et religieuses ayant été remplies, nous avons, du tout, dressé procès-verbal le jour et an que dessus, et avons signé le présent avec mon dit sieur Chomel recteur de la succursale »

 

 

9 septembre 1809

Décret impérial du 17 mai 1809 donne la faculté d’avoir des armoiries.

Le conseil décide :

« La commune n’ayant aucun revenu fixe, elle n’était pas dans le cas de demander à avoir des armoiries et a voté en conséquence de ne faire aucune démarche à ce sujet. »

Dispense définitive de service à Antoine MANTELIN

 

1 mai 1810

Réglementation de la Chasse

                        Arrêté de Mr le Préfet du 25 avril 1810

 

4 exemptés en 1812

12 juillet 1812

4 dispenses définitives de service pour les conscrits de 1810 décret du 31 janvier 1809

GROSJEAN Jean-Louis : cheveux châtains, sourcils châtains, yeux roux, front étroit, nez gros, bouche grande, menton court, visage ovale.

                Motif : pour défaut de taille : 1m512

BOUCHU Jean : Cheveux blonds ardents, sourcils blonds, yeux gris, front plat, nez gros, bouche moyenne, menton rond, visage rond

                Motif : pour débilité générale taille 1m566

PONCET Antoine cheveux châtains, sourcils châtains, yeux gris, front couvert, nez court, bouche moyenne, menton petit, visage oval

                Motif : défaut de taille 1m

MANTELIN Antoine taille 1m560, cheveux châtains clairs, sourcils châtains clairs, yeux gris, front rond, nez court, bouche moyenne, menton long, visage oval

                        Motif : difformité de la poitrine

1812

 

Le travail d’arpentage à lieu en 1812, pour préparer le cadastre. C’est une innovation de Napoléon.

Le plan parcellaire à été fait d’après les lignes de démarcations de monsieur le géomètre, approuvées par le maire, et les maires des communes limitrophes sans contestations.

 

 

2ème problème

Le journal Administratif : problème avec le préfet

1° Le préfet veut imposer un journal administratif qui paraîtrait 3 fois par semaine, pour une somme annuelle de 25 francs

2° Le conseil refuse

      Il n’est pas possible de s’imposer cette dépense ; les revenus sont déjà trop petits. Elle ne peut pas tous les ans acquitter l’imposition foncière de son communal.

3° Une circulaire du 25 novembre, du préfet oblige les maires à s’abonner au journal administratif.

4° Le conseil municipal demande à monsieur le préfet d’ordonner les moyens de pourvoir à cette dépense avec déclaration que la commune n’aura pas d’autres revenus pour cet objet.

25 août 1812

l’abonnement au journal administratif de 25 francs apparaît dans les dépenses proposées au budget.

Quels ont été les moyens employés pour payer ? Je ne sais pas.

 

1814

 

Le maire absent, l’adjoint ne pouvant quitter la commune « nous avons jugé de nommer une personne « ad hoc » pour nous représenter pour accompagner les 5 conscrits de St-Prim au conseil de recrutement à Grenoble pour le tirage. »

 

Enquête demandée sur les ressources et la situation de la commune, mais on n’a pas la réponse du maire, ce qui nous apprendrait beaucoup sur St-Prim

 

2 soldats ont une exemption provisoire

3 soldats ont une exemption définitive

En 1801, il n’y a pas de conscrit exempté du service militaire mais combien sont partis ?

Les conscrits de l’an X (1802) né entre le 23 septembre 1780 et le 22 septembre 1781 « doivent se rendre à la maison commune pour se faire prendre leur signalement. Ceux qui négligeront de se présenter seront portés en tête pour être mis les premiers en activités de service. » Mais combien étaient-ils ?

Ensuite nous n’avons pas de renseignements avant 1810. 4 exemptés définitifs en 1810.

1814 on envoie 5 conscrit pour le tirage au sort à Grenoble.

Le maire ajoute qu’il faut de la persuasion pour les faire partir. On voit que les soldats ne partaient pas dans la joie faire la guerre avec Napoléon aux quatre coins de l’Europe. Dans certains villages des jeunes gens préféraient se couper des doigts plutôt que de partir. Ici rien n’est signalé dans ce sens.

Nous savons qu’il est mort six soldat à St-Prim pendant cette période de 1796 à 1814.

BURY Joseph le 8/12/1796 à Lantoscal (Italie) fusillier de la 3° compagnie âgé de 30 ans

CADIER Jean-Baptiste le 3/12/1807 à Montculier (Italie) de fièvre catharale nerveuse, conscrit de 1808 âgé de 19 ans

GARIN Pierre le 23/7/1807 à Strasbourg (hôpital), âgé de » 23 ans, chasseur au 17° d’Infanterie légère, 3° bataillon, 8° compagnie

BROSSE Bern      ard le 21/6/1812 à Anvers (hôpital des Minimes) âgé de 25 ans, marin, canonnier de navire à bord de l’Auguste

BARGE Jean le 14/1/1813 à Metz (hôpital), âgé de 19 ans, sapeur au 2° bataillon, fièvres

CORNILLON Jean le 1/4/1814 à Grenoble (hôpital) âgé de 21 ans

 

 

REMARQUES

Les actes de décès étaient acheminés très lentement pendant les guerres. Les soldats mourraient souvent loin de la France, puisque Napoléon est allé se battre jusqu’en Russie (chez nous, 2 en Italie, 1 à Anvers) Pour le premier soldat tué il a fallu 7 mois pour que l’avis de décès arrive à la mairie, pour le deuxième il a fallu 10 mois, pour le troisième il a fallu 2 ans, le quatrième 4 mois, 2 pour le 5° et le 6°.

Je pense à l’angoisse des parents qui attendaient des nouvelles. Il est vrai que peu de gens savaient écrire et les soldats n’envoyaient peut-être pas de lettres.

Je remarque aussi que les soldats mouraient de plus en plus jeunes. On les recrutait de plus en plus jeunes ; il fallait toujours plus de soldats et les guerre ont durées 29 ans de 1792 à 1814.

 

Sur la matrice cadastrale 2 soldats possèdent des terres en 1812 :

CHARVET François : militaire

DIDIER Pierre cadet : militaire

Avis de Décès du premier soldat tué en 1796 (Joseph BARGE)

A la même époque le préfet indique qu’on doit arrêter tous les mendiants et ne donner des passeports qu’à ceux qui se déplacent pour trouver du travail.

Nous avons vu que les conscrits étaient tirés au sort pour fournir le contingent demandé à la commune chaque année. Nous avons vu qu’il y avait des exemptés pour raison de santé.

Nous avons peu de renseignements au sujet du départ de ces soldats. Depuis 1793 jusqu’en 1814, ils ont dû être nombreux.

Nous savons qu’il n’y a pas eu de déserteurs à St-Prim. Le maire a répondu plusieurs fois au sous-préfet qu’il n’y en avait pas.

Le 25 juillet 1800 nous avions 3 soldats réquisitionnés deux conscrits de l’an 7 et 1 de l’an 8

 

15 juillet 1811 : une noyée inconnue

Une inconnue de 27 à 28 ans que le Rhône avait charriée sur ses bords.

15 juillet 1811 à 6 heures du soir, avons trouvé une personne de sexe féminin dont le visage avait été tellement maltraité par la fluctuation qu’elle était inconnue, environ 27 à 28 ans. Sa chevelure était grande et noire et comme la putréfaction du corps était extrême et qu’il ne pouvait par supporter le transport il l’a fit enterrer sur les lieux.

Elle était vêtue d’un corset rouge avec des manches bordées en velour, un cotillon bleu avec des petites fleurs blanches, mouchoir de col à petites raies rouges et blanches et bleues, les poches étaient de basin rayé dans lesquelles il fut trouvé un mouchoir marqué des deux lettres MG, plus une pièce de 15 sols, un dé à coudre en cuivre …

Pendant l’empire le blocus continental oblige le pays à tirer tous ses aliments de son sol. Le préfet signale les avantages des pommes de terre. «Il y a en effet une trentaine d’année on disait que les pommes de terre n’étaient bonnes que pour les cochons. Or dans les temps de disette des bleds, elles peuvent remplacer aussi la suppression de la jachère

D’autre part il faut remplacer le sucre de canne par le sucre de betteraves. L’empereur ordonne la culture de la betterave à sucre ou betterave blanche. Y en a-t il eu à St-Prim ?

 

A la fin de l’empire le village a peu changé. On a réparé les chemins. Il n’y a pas eu de constructions publiques nouvelles.

Dans toute la France on parle de mendiants qui errent bissacs sur l’épaule, de village en village : des vieillards, des enfants, des soldats infirmes, démobilisés sans travail.

A St-Prim il n’y a qu’une mendiante de 80 ans, de Roussillon,  qui est venue mourir chez son neveu à St-Prim. Mais il pouvait en circuler par le pays. Le maire n’a fait aucune déclaration d’indigente.

 

Page précédente      Retour 1ere page     Page suivante

© Yannick VOYEAUD novembre 2000