SUPERFICIES

 

En 1882 il y a 212 exploitations à Saint-Prim. 106 exploitées par des gens de la commune, 98 par des forains (cultivateurs d’autres communes ayant des terres cultivables à Saint-Prim).

  60 exploitations ont     moins de 1ha     (28,3%)

127                              de 1 à 5 ha     (59.9%)

  25                              plus de 5 ha     (11,8%)

Il y a     208 exploitants qui travaillent leur terre

                 1                                        avec 1 régisseur (35 ha)

                 3 métayers

Pour les terres on remarque le prix de vente des prés naturels et le prix de leurs fermages sont les plus chers ; viennent ensuite les prix des terres labourées puis les vignes et les bois (2,5 fois moins chers que les prés pour ces deux derniers).

 

 

 

SALAIRES ET PRIX

 

Salaire en 1882

     des ouvriers agricoles

Il y a un salaire pour les     hommes (salaire journalier)

                    femmes (60% d’un homme)

                    enfants   (37% d’un homme)

     des domestiques

Pour les domestiques embauchés à l’année nourris et logés, il est de 350 francs soit moins d’un franc par jour. Mais ils étaient payés et nourris même s’il faisait mauvais.

     Les artisans

Maçon

3 Francs

Serrurier

4 Francs

Charpentier

4 Francs

Forgeron

3 Francs

Menuisier

3 Francs

Quand on voit qu’un journalier agricole gagne 3 francs, s’il n’est pas nourri, le salaire des artisans n’est pas supérieur.

 

Les ouvriers en usines gagnaient le double. On comprend que les jeunes ruraux étaient tentés par la ville. Mais en ville, ils n’étaient pas logés, n’avaient pas de jardin.

 


                     Les prix

Quel était le prix des denrées indispensables qu’on pouvait acheter avec ces salaires ? Comparons les avec les prix pratiqués de nos jours.

Le salaire moyen était de 3 Francs par jour ; actuellement (1979), en comptant le SMIG à 4800 francs par mois cela fait 160 francs par jour.

 

Considérons les prix à la ferme.

Avec 3 francs par jour

Avec 160 francs par jour

Produit

Base

Quantité

Produit

Base

Quantité

Pain bis

0,10 F/1/2kg

15 kg

Pain blanc

10 F/kg

16 kg

Viande

0,50 F/1/2kg

3 kg

 

24 F/kg à la ferme

6 kg

 

 

 

 

55 F/kg au boucher

3 kg

Poulet

1 F/pièce

3 poulets

 

25 F/kg

4 poulets 1kg

Oie

4 F/pièce

¾ d’oie

 

180 F/kg

8/10 d’oie

Beurre

1,20 F/kg

3 kg

 

16 F/kg

10 kg

Oeufs

0,8 F/12

3,5 douzaines

 

10 F/12

16 douzaines

Pdt

0,04 F/litre

75 litres ou 60 kg

 

2 F/kg

112 kg

Vin

0,5 F/litre

6 litres

 

3,5 F/litre

46 litres

 

On peut remarquer que le prix des denrées alimentaires a évolué très différemment.

Le pain qui était la base de l’alimentation au 19ème siècle est resté aussi cher, mais nous mangeons du pain blanc et non du pain bis.

La viande est restée aussi chère chez le boucher mais a diminuée de moitié chez le paysan. L’oie et le poulet sont restés aussi chers.

Mais tout le reste a diminué et de combien ?

     Le beurre                    a perdu     3 fois sa valeur

     Les œufs                                      5

     Les pommes de terres                  2

     Le vin                                          7,6

 

 

 

OUTILLAGE AGRICOLE en 1882

 

Il n’y a aucune machine agricole introduite dans la commune en 1857.

En 1882 on a     1 machine à vapeur (fixe ou locomobile)

          120 charrues simples

          25 charrues bisocs ou polysocs

          12 houes à cheval

          1 machine à battre

          1 semoir mécanique pour     céréales

          1                  céréales et racines

          1 faucheuse mécanique

          1 moissonneuse mécanique

          1 faneuse et râteau à cheval

En 1979 il y a 29 tracteurs.

On signale employer pour les amendements et engrais supplémentaires

     Chaux 4 quintaux

     Plâtre     2 quintaux

     Cendres 6 charrées

L’assolement de 4 ans est généralement employé. On cultive alors

     1ère année     pommes de terre, betterave, maïs

     2ème année     céréales dans lesquelles on sème du trèfle qui occupe la troisième année.

     3ème année     trèfles

     4ème année     céréales

On obtient ainsi durant la rotation 2 récoltes de céréales, 1 de fourrage et 1 de récolte sarclée.

Engrais ou fumiers employés     1ère année     15 à 18 m3/ha

                    2ème année     10 à 12

                    3ème année     néant

                    4ème année     peu ou néant  

 

Page précédente      Retour 1ere page     Page suivante

© Yannick VOYEAUD novembre 2000